Blog :

L’intelligence artificielle pourra-t-elle remplacer votre community manager ?

Le monde change et évolue très vite. Inexistant à l’époque de nos parents, marginal lors de notre entrée dans la vie active (oui oui c’est un trentenaire qui vous parle !), le Community management est devenu en quelques (dizaines d’) années un grand incontournable dans toute bonne stratégie de communication digitale. Il active et fédère votre communauté, répond aux questions de vos prospects, modère vos détracteurs avec intelligence par des réponses tempérées (j’en profite pour féliciter le devenu célèbre Yann de chez Décathlon qui a fait face à la polémique du hijab de Décathlon avec brio) et génère du trafic sur vos sites et réseaux. Bref, un vrai gage de visibilité, extrêmement utile pour les petites entreprises ! Mais c’est aussi un travail extrêmement chronophage qui nécessite l’emploi d’un salarié ou d’un freelance à temps plein pour être réellement efficace… Aussi on est en droit de se demander si le Community management pourrait être prochainement remplacé par l’intelligence artificielle.


L’intelligence artificielle pourrait-elle remplacer complètement les spécialistes du marketing ?

 

Intelligence artificielle, où en sommes-nous aujourd’hui ?

L’intelligence artificielle est partout. C’est le sujet en vogue je dirais même. Elle révolutionne le secteur du marketing digital grâce à la publicité ciblée, aux chatbots et à la création de contenu. Au moment où je rédige ces quelques lignes, Google plancherait sur une IA capable de rédiger des articles et on parle déjà de la possibilité de rédiger des posts Wikipedia. En parallèle, les chatbots prêtes à converser seraient de la partie. Les réseaux sociaux, censés « connecter les gens », sont boostés par les robots qui likent automatiquement les pages et publications, voire génèrent de véritables faux commentaires. « Ohhh chouette post ! Et si tu venais faire un tour sur ma page ». On créé peu à peu des programmes capables de gérer toutes les missions du Community manager à la fois : rédiger, corriger, partager et converser.

Si certaines réponses de modération pourront nécessiter l’intervention d’une personne qualifiée ou « gradée », nul doute que ce ne sera peut-être plus un community manager qui sera utile à ce post mais une personne davantage capable de veiller aux éventuels bugs techniques.

 

 

 

L’intelligence artificielle, une réalité économique pour les petites entreprises

De nombreuses petites entreprises européennes ont manqué la montée en puissance des réseaux sociaux en raison de ressources humaines et économiques limitées [1]  et se sont ainsi coupées de leurs clients. En effet, le temps de recherche nécessaire pour l’élaboration de contenus de qualité, différenciants, la veille constante des concurrents, la gestion de la communauté, toute l’étendue des missions du Community manager en fait un métier extrêmement chronophage. C’est un post à temps plein qui peut être difficilement externalisé car il nécessite parfois de très bonnes connaissances techniques sur le produit ou le service ou une bonne connaissance de la stratégie de la marque : les freelances doivent bien maîtriser la marque pour pouvoir accoucher de contenus vraiment différenciants. Sinon, attention aux banalités.

En parallèle, des solutions de community management basées sur l’IA, destinées à permettre aux petites et moyennes entreprises de tirer pleinement parti de la puissance des réseaux sociaux de manière simple, abordable et efficace commencent à voir le jour. Ils permettent de publier quotidiennement des contenus sur vos réseaux sociaux en les basant sur une stratégie de marque clairement définie en amont, garante de votre singularité. L’algorithme créé recueille d’abord des milliers de contenus par jour et par géolocalisation. Ensuite, il les classe en fonction de leurs performances estimées sur les réseaux sociaux et sélectionne les contenus de qualité supérieure. Enfin, il formate le contenu pour générer des publications : titre, résumé, hashtags… Il rédige en fonction de votre coeur de métier, de vos thématiques privilégiées et de votre situation géographique. En définissant clairement les thématiques abordées sur vos réseaux, vous maintenez une certaine authenticité en restant fidèle à votre identité de marque. Ces solutions peuvent aller jusqu’à gérer vos campagnes de newsletters et votre blog pour parfois moins de 200 euros par mois.

Human VS intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est sans nul doute en train de changer complètement le visage du marketing digital en le rendant plus accessible. Mais si l’intelligence artificielle permet d’automatiser le travail de gestion, l’interaction humaine continuera très probablement d’offrir une réponse personnalisée à la spécificité de chaque interaction-client pour maximiser son expérience-utilisateur et maintenir une forme de sincérité dans les échanges. C’est un peu comme pour les boites vocales aujourd’hui. Il est toujours mieux perçu de tomber sur un vrai « humain » au bout du fil.

 

 

[1] Rapport annuel sur les PME européennes 2017, Commission européenne.

 

 

Concevoir une brochure ou une plaquette efficace pour votre entreprise

Créer une brochure efficace n’est pas une mince affaire. Et par « efficace » je veux dire « fonctionnelle », « utile », « pratique », « à forte valeur ajoutée ». Elle engendre un coût que ce soit en terme de conception ou d’impression. Il ne faut donc pas la prendre à la légère. Pour éviter de jeter inutilement votre argent par les fenêtres, voici une méthodologie pour concevoir votre brochure comme un vrai outil de communication appuyant vos intérêts et servant votre développement commercial.

 

1 / Réfléchir à l’utilisation de votre brochure

A quoi sert-elle ? Quels sont ses objectifs ?

Comment sera-t-elle distribuée ?

Dans l’univers des métiers créatifs, nous entendons souvent parler de « graphiste ». Je n’aime pas ce terme car il implique que le rôle du graphiste est uniquement de s’atteler à l’aspect graphique (au graphisme quoi ^^ !) or c’est faux. Dans notre agence, nous privilégions l’expression « designer graphique ». Un « designer » conçoit un produit en harmonisant les critères esthétiques et fonctionnels. Et c’est là toute la différence : au delà du simple aspect esthétique de votre brochure (le fameux « j’aime » ou « j’aime pas ») cet outil – et je parle vraiment d’OUTIL – doit remplir sa fonction première : convaincre vos prospects et vous ramener des clients.

Bien souvent oubliée, l’étape réfléchir à l’utilisation de votre brochure est pourtant la plus importante dans la conception de votre brochure. C’est cette réflexion déterminante qui fera de votre brochure un outil de communication pertinent et efficace. Doit-elle présenter votre entreprise, vos produits ? Sera-t-elle disposée en libre distribution ? Accompagnera-t-elle votre discours commercial ? Sera-t-elle laissée au prospect ? C’est en vous posant ces bonnes questions au départ que vous déterminerez la manière de structurer vos informations. Voici quelques exemples ci-dessous.

 

brochure vidép
Exemple de brochure vidéo

Brochure en libre distribution

Lorsqu’elle est mise en libre distribution, votre brochure doit pouvoir vivre en autonomie. Elle doit captiver l’attention de votre cible, fournir des informations clés et présenter vos services. Au delà du simple catalogue, elle doit donner envie de vous contacter pour en savoir plus. Sur ce type de document, des valeurs-marque fortes peuvent être un véritable atout pour donner envie de vous préférer à un concurrent ou pour justifier d’éventuels écarts de prix.

Brochure accompagnant un discours commercial

La brochure doit être conçue en fonction de votre stratégie commerciale. En effet, elle illustre et appuie le discours oral. C’est très important que les personnes qui présentent vos brochures participent à cette étape de conception. La brochure suit le cheminement de leur présentation. Cela évite aussi de perdre du temps dans la recherche de pages (ce qui pourrait aussi discréditer votre entreprise en lui donnant une image un peu brouillon, peu organisée). Elle sera alors très illustrée, peu rédigée, avec les informations clés clairement stipulées. Une fois la réunion terminée, elle doit servir de reminder et apporter quelques informations complémentaires en seconde lecture pour finir de convaincre votre prospect.

Brochure déposée dans une boîte au lettre ou mailing

Encore un cas particulier et de moins en moins utilisé… Distribuer une brochure à tout le monde serait trop onéreux en terme de coût et d’envoi. Dans ce cas, il est préférable de se limiter à une simple plaquette mais personnellement, je doute de l’efficacité de telles pratiques en terme de rentabilité auprès des générations de 50 ans et moins. Mais cela n’est pas le sujet.
Aussi, si votre brochure a été demandée, par exemple via un formulaire de demande d’informations en ligne, dans ce cas, sa conception poursuit à peu de choses près la même logique qu’une brochure en libre distribution : le prospect a été spontanément attiré par votre marque et désire en savoir plus.

Si par contre, il découvre votre plaquette dans sa boîte aux lettres, sans en avoir fait la demande en amont, le but est d’éviter à tout prix qu’elle ne tombe directement dans sa poubelle. La couverture ou l’enveloppe devra donc être sacrément accrocheuse et susciter l’envie.

 

2 / Définir votre positionnement
Quelle image je souhaite donner de mon entreprise ?

Maintenant que vous savez comment vous allez utiliser votre outil brochure, il faut vous demandez quelle image vous souhaitez renvoyer de votre entreprise. En règle générale, il est préférable de vous poser cette question au moment de l’élaboration de votre identité de marque : stratégie de contenu, valeurs, identité graphique… Si cela n’a pas été fait en amont, il sera grand temps de vous poser la question de votre positionnement ! Cela impacte votre ton de communication et vos choix graphiques. Cela impacte également votre contenu de marque : quelles informations devront être mises en avant, quelles informations pourront être mises en secondaires ? Et inutile d’essayer de tout mettre sur un même niveau ! Vous allez noyez votre prospect dans un flot d’informations, au risque de le voir passer à côté de votre message principal.

 

3 / Mettre en place votre chemin de fer

Ça y est, vous vous êtes posés les questions essentielles pour réaliser votre brochure ! Il est grand temps d’attaquer sa conception. En premier lieu, déterminez le nombre de pages nécessaire et le chemin de fer. Le chemin de fer est, dans l’édition, la représentation de votre document, page par page, dans sa totalité. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble de la répartition de vos informations, ainsi que l’espace alloué à chaque argument essentiel.

A cette étape, il s’agit juste de définir sur chaque page les informations que nous allons retrouver. Cela permet de visualiser sur une vue d’ensemble l’enchaînement de votre discours, voire de commencer à structurer vos pages. Le plus simple étant de répartir vos textes clés. Par exemple : page 2 : présentation de l’entreprise. Page 3 : présentation de ses services + appel à l’action. Page 4 : engagement qualité de l’entreprise. 5 : présentation des équipes. 6-7 : infographie etc.  Au delà de 8 pages, nous vous conseillons de structurer votre document grâce à un croquis. Le zoning permet de structurer le contenu de vos pages en déterminant l’espace de chaque information et de visualiser les zones qui seront mises en avant ou la taille des illustrations. Cette technique est d’autant plus intéressante qu’il y a de pages dans votre brochure car elle permet de visualiser la dynamique graphique de l’ensemble du document.

source : daniellesdooodles.wordpress.com

 

4 / Trouver l’inspiration

inspiration

Les goûts, c’est comme tout, ça se travaille, ça s’apprend, ça s’apprécie. Avant de vous lancer, nous vous invitons à consulter des sites comme pinterest ou dribble. Ils peuvent être de véritables mines de pépites graphiques ! L’idée étant de travailler votre regard en ayant une idée assez précise de ce qui se fait sur le marché actuellement. En fonction, déterminez ce qui serait pertinent ou pas pour servir les intérêts de votre entreprise. Et attention, lorsque je dis pertinent, je ne parle pas de vos goûts personnels mais bien de cohérence avec l’image que vous souhaitez donner de votre activité. Humaine VS digitale, chaleureuse VS sérieuse, premium VS accessible etc.

 

5 / Réaliser votre brochure

Aujourd’hui, il existe de nombreux logiciels peu onéreux qui peuvent vous permettre de réaliser assez simplement votre brochure. Nous vous déconseillons de passer par vos logiciels de bureautique classiques : PPT, Word ; ils ne sont pas adaptés !

Néanmoins, pour un aspect vraiment professionnel, nous vous conseillons vivement de passer par un designer graphique et idéalement par une agence de communication pour réaliser votre projet. Nous voyons trop souvent des entrepreneurs réaliser leur plaquette eux-même (ou plutôt un A4 plié en 2…) sur des imprimantes de bureautique… Le papier tient mal en main, l’aspect peu qualitatif… Sans parler de l’aspect graphique qui n’est clairement pas valorisant. C’est un excellent moyen de se discréditer auprès de vos prospects !

Selon votre budget, le designer graphique saura donner un rendu professionnel à votre plaquette. Il vous fournira une version définitive HD conforme aux contraintes techniques imprimeur. Cela vous fera grandement gagner du temps ! Un bon designer pourra en plus vous conseiller sur le choix d’un papier adapté à votre entreprise – texture, teinte, … – et sur des finitions qualitatives si vous avez le budget : vernis sélectif, embossage etc.

Une agence de communication apporte de son côté une véritable valeur ajoutée en vous aidant à concevoir votre brochure dans sa globalité : contenu de marque, organisation des informations, mise en valeur des informations clés… Au delà du simple aspect esthétique, votre brochure mobilise différents experts dans le but d’optimiser son efficacité. Mieux encore, en passant par une agence spécialisée en branding, votre projet sera conçu de manière à vous différencier de votre concurrence pour générer encore plus d’impact. Être différenciant, c’est le meilleur moyen de vous permettre de vous distinguer.

 

Vous souhaitez confier la réalisation de votre brochure à une équipe expérimentée, dynamique et à l’écoute ? Contactez l’agence BeTrue.

Nous nous tenons à votre disposition pour vous accompagner dans l’élaboration de vos brochures. Pour toute demande, expliquez-nous votre projet à hello@betrue.fr ou appelez-nous !

Stratégie de marque pour les startups, donnez à votre nouvelle entreprise toutes les chances de réussir

Donnez à votre startup le meilleur départ dans la vie  !

Aussi passionnant que puisse être la création de votre entreprise, concrétiser avec justesse votre vision demande beaucoup de travail. Vous pouvez être tenté d’imiter maladroitement un concurrent ou de sombrer dans le très rassurant déjà-vu... au risque de voir votre offre noyée dans la concurrence ! Alors, comment vous assurez d’être audible et de démarrer du bon pied ?

Une stratégie de marque bien définie permet d’orienter les prises de décisions de votre entreprise, que ce soit en communication, R&D, marketing …, sans risquer de faire fausse route ou de générer des incohérences entre vos différents services. Etablir sa stratégie de marque peut être un processus long et difficile, mais il est vraiment primordial de prendre le temps de bien mettre en place ces éléments, qui serviront de piliers, voire de tremplin, à votre développement.

 

 

L’importance des stratégies de marque pour les startups

Une bonne image de marque est au cœur de toute bonne entreprise. Face à la concurrence, un bon produit ne suffit plus. Aujourd’hui, le profit n’est plus l’unique moteur. Les attentes évoluent. Une marque doit créer du sens, avoir des valeurs. C’est là où le contenu de marque a une réelle importance et doit valoriser les actions et les valeurs de la marque. Il suffit de regarder autour de vous pour voir les preuves. Être une start-up singulière et mémorable, c’est plus qu’un argument de vente unique. Il permet d’assurer la cohérence de votre branding, cohérence essentielle pour créer un lien avec votre public. Des entreprises comme Dyson, Innocent, Le slip français, Joone ou Apple doivent leur succès car elles savent mettre en place et respecter une relation de confiance unique avec leur cible. 

 

Votre marque est « l’identité » de votre entreprise 

Tout comme une personne se définit par son caractère et son aspect physique, une marque se construit sur une personnalité et une identité graphique. C’est ce qui lui donne tout son charisme. En vous donnant une personnalité et une image distincte, elle vous aide à vous différencier de toutes les autres startups qui luttent pour attirer l’attention sur un marché saturé.
Chez BeTrue agency, la mise en place de votre identité de marque repose sur 2 phases essentielles. L’étude de votre marché et de vos principaux concurrents : quels sont leurs spécificités ? Comment communiquent-ils ? Qui sont vos cibles ? Comment passent-ils leur temps libre ? Etc. Il est impossible de démarquer avec succès votre entreprise sans maîtriser le contexte. Ensuite, il faut connaître vos motivations. Qu’est-ce qui vous tient à coeur ? Comment voulez-vous voir évoluer votre entreprise ? Que souhaitez-vous réellement apporter au marché ? L’ « identité » de marque de votre startup naît de l’analyse et de la confrontation entre vos motivations profondes et les opportunités du marché. Lorsque nous proposons des identités à nos clients, tous les aspects sont abordés : contenu de marque, ton, logotype, charte graphique, storytelling etc. afin de construire cette identité par une vision d’ensemble, tout en les différenciant de leurs principaux concurrents.

 

 

 

Votre identité de marque vous donne la voie

Investir du temps et des efforts dans la stratégie de marque de votre startup vous aide à prendre des décisions importantes concernant l’avenir de votre entreprise. Une fois que vous connaissez votre marque, vous saurez ce que vous devez faire pour tirer le meilleur parti du marketing et comment présenter de nouveaux produits au monde. De plus, votre identité de marque permet d’assurer la cohérence entre votre discours de marque et vous actions, vous permettant de gagner la confiance de vos prospects. Par exemple, la marque Innocent s’engage à produire des boissons saines, délicieuses et 100% naturelles. Pour respecter ce positionnement, ils travaillent en cherchant à réduire au maximum leur impact sur l’environnement, voire à le rendre positif lorsque c’est possible. Cerise sur le gâteau, ils reversent 10% des bénéfices à des ONG en lien avec leurs valeurs. De quoi donner envie de les soutenir, non ?

 

Résultat de recherche d'images pour "innocent smoothies"

 

Votre identité de marque renforce l’esprit d’équipe

Une identité de marque réussie doit respecter la règle des 3 C : clarté, cohérence et créativité. Non seulement devenir une marque forte vous aide à obtenir une belle image autour de vos prospects et clients, mais cela permet également à vos employés de comprendre leur mission. Cela permet de s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde. Vos équipes travaillent en cohésion, dans le même sens et propagent le même discours. 

En conclusion : ne négligez pas cette étape  

Comme mentionné ci-dessus, une marque ne se limite pas à un nom et à un logo. L’image de marque d’une startup implique un examen approfondi de nombreux facteurs. Vous pouvez effectuer cette phase de réflexion seul ou faire appel à une agence de création de marque, spécialisée dans le domaine du branding, qui saura vous aiguiller en vous posant les questions essentielles. Bien que la conception des stratégies de marque parfaites pour les startups nécessite du temps et des efforts, les résultats en valent la peine. C’est votre marque qui vous aidera à passer de «juste une autre entreprise en démarrage» à une marque bien connue.

Entreprendre, est-ce que pour les extravertis ?

Bonjour à tous,

Voici un article qui diffère de nos articles habituels, puisqu’il concerne directement mon expérience d’entrepreneure.

Il y a quelques années, lorsque m’est venu l’idée de créer ma propre agence – une agence éthique et créative, correspondant davantage à mes valeurs – je me suis très longuement demandée si l’entrepreneuriat était fait pour moi. En effet, bien que bosseuse, mon tempérament plutôt réservé voire discret, aux premiers abords, me semblait être un énorme frein pour entreprendre.
C’est lors de l’élaboration de mon business plan que j’ai fait LA rencontre qui allait changer ma vision de moi-même.
Un échange par téléphone, d’une heure peut-être, qui m’a fait prendre conscience des forces à tirer de ce que je pensais être une faiblesse.

 

Comment un simple appel m’a convaincu que mon tempérament introverti était une force

 

On ne les voit pas, on ne les entend pas. On a tort.
Le Point

 

Courant 2016, mon projet d’entreprise commençait à se façonner dans ma tête.
Je souhaitais créer une agence spécialisée en branding, dédiée aux startups et jeunes entreprises innovantes.
Leur chance d’émergence ne dépend-elle pas d’une stratégie de marque claire, d’un contenu intelligible et d’une identité visuelle singulière ?
Poussée par les conseils de quelques mentors avisés, je me prépare méticuleusement à interviewer une poignée de fondateurs d’agences similaires en France, tous ceux qui avaient répondu favorablement à ma demande mail. Après quelques premiers échanges, intéressants, je saisis mon smartphone et j’appelle Fabrice J. 

 

telephoner avant d'entreprendre

 

Mon interlocuteur est débordant d’énergie, communicatif, accessible. La conversation prend vite. Elle dure. Elle dévie. C’est au cours de cet échange, ultra constructif, que vient la question de l’introversion. J’avoue ne plus me souvenir exactement comment le cheminement de nos pensées, confrontées, nous a conduit à ces quelques mots.
Je vous les retranscris, tels qu’ils me reviennent en mémoire, peut-être légèrement transformés par les années.

Lui :
–  J’entends à votre voix que vous êtes du genre à bien vous préparer. Tenez, je suis sûre qu’au moment où vous me parlez, vous avez devant vous une feuille avec vos questions préparées et rédigées en amont ?

Moi (confuse) :
–  Ah oui… en effet. Je suis peut-être un peu trop scolaire. Ça s’entend tant que ça ?

Lui :
–  Non, non, ne vous excusez pas, au contraire. Regardez moi je suis extraverti. C’est une chance. Je suis sociable, je parle facilement, je suis à l’aise en société.
Mais à côté, je suis un peu désorganisé. Me préparer en amont, me concentrer longuement, observer… je ne sais pas faire ! Ce n’est pas pour rien que je me suis associé avec un introverti. Je suis incapable de faire ce qu’il fait et vice-versa.

Et poum ! Ce fût le déclic. Et étrangement ce ne fût pas de mettre l’accent sur mes qualités… mais l’aveu de ses « faiblesses » ! C’est là que j’ai compris qu’il n’existe aucun tempérament parfait pour entreprendre. Regardez Mark Zuckerberg, Elon Musk Il faut juste comprendre et connaître ses points faibles vous pouvoir les maîtriser ou les compenser. Pour lui (comme pour moi finalement) se fût en s’associant avec un profil opposé mais je ne doute pas qu’il existe mille autres façons de contourner ses faiblesses.

 

Introversion et timidité, deux traits à ne pas confondre

Lorsque nous nous lançons dans la création de notre propre activité, pour émerger, ce qui compte avant tout c’est l’aisance sociale. Nous sommes censés nous livrer à une autopromotion continuelle. Le culte des fortes personnalités nous aveugle sur les comportements intelligents et sages. L’extraversion est devenue un idéal culturel. Et d’apparence, on a tendance, moi la première, à confondre un timide et un introverti.

gif timidité

Ce culte de l’extraversion provient de notre enfance. Certains enfants veulent à tout prix être « populaires » tandis que d’autres préfèrent s’éloigner du groupe pour vivre selon leurs propres besoins. De là, peut naître notre motivation à agir, à créer, à se lancer des défis. Si un introverti s’accepte tel qu’il est, il se sentira capable de se lancer dans des projets qui le passionnent.

Personnellement, j’apprécie les dîners, les sorties, j’aime être entouré de monde. Mais je préfère observer, me faire discrète les premiers temps, écouter, pour mieux cerner et comprendre mon entourage, mes nouveaux collaborateurs ou mes clients. Je préfère m’exprimer par écrit que par oral car cela me laisse plus de temps pour étudier, ajuster et vérifier mes réponses. Je n’aime par les échanges futiles, qui me donnent l’impression de perdre mon temps mais j’aime parler en profondeur des sujets qui m’intéressent, ou qui peuvent me mener à une solution.

Sur de bons conseils, je me suis plongée dans la lecture d’un livre que je recommande vivement, et qui a su une fois pour toute me faire comprendre que non, ce n’était pas de la timidité, mais bel et bien une manière d’aborder les situations.

L’auteure s’appuie sur de nombreux exemples célèbres pour démontrer les qualités précieuses des « discrets » : force de concentration, capacité d’analyse, sens de l’écoute, créativité… Il s’agit de La force des Discrets de Susan Cain, aux éditions JC Lattès.

J’ai pu constater de mes propres yeux combien il est difficile pour les introvertis de mesure leurs talents,
et la force que cela leur donne quand ils finissent par en prendre conscience.
Susan Cain

 

Livre par Susan Cain - "La force des discrets"

« la force des discrets »

 

Bien se connaître : une force au quotidien pour entreprendre

Mieux me connaître, comprendre ma façon de fonctionner, me permet aujourd’hui d’agir en connaissance de cause. 
Je ne perds pas mes moyens en m’auto-flagellant pour ne pas être comme telle ou telle personne, mais au contraire, j’utilise mes anciennes faiblesses comme un atout, parfaitement maîtrisé.
À titre d’exemple, fin d’année 2017, un prospect me montre de but en blanc sa brochure, au cours d’une réunion de présentation de l’agence, et me dit « vous en pensez quoi ? ».
On attend de moi une réponse au tac-o-tac, franche, directe… à l’opposé de ma façon de fonctionner, plus analytique.
Le plus calmement du monde, je réponds alors : « Je ne sais pas à qui cette brochure s’adresse, dans quel contexte elle est distribuée, ni dans quel but. Nous n’avons pas non plus déterminé l’image que vous souhaitiez donner de votre entreprise. Je ne peux donc pas vous donner mon avis sans ces informations essentielles. »
Sur ce, le prospect me répond : « Nous n’avions jamais abordé ces points là avec mon agence ». À la fin de cet échange, je repartais avec un nouveau client et un contrat d’accompagnement longue durée. 

Pour conclure, mon témoignage a pour but de vous transmettre ce déclic qui m’a profondément fait évoluer, dans le bon sens.
Au final, j’ai compris que mon manque de spontanéité témoignait de mon tempérament réfléchi, et rassurait profondément mes prospects.

J’espère très sincèrement vous avoir convaincu que votre tempérament, quelqu’il soit, n’est pas un frein pour vos projets, ni pour entreprendre.
Et si vous êtes concerné, je vous invite, vigoureusement, à vous plonger dans le livre de Susan Cain.

Belle aventure entrepreunariale,

 

Cécile, Co-fondatrice de l’agence BeTrue.
cecile.guyart@betrue.fr